Herbe folle sur un trottoir - sud toulousain

Entretien : Il va falloir s’habituer à la nature

La loi Labbé qui interdit l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’espace publique va modifier la manière de procéder des collectivités. Mais la transition s’annonce difficile avec les habitants qui ont pris l’habitude d’espaces sur-traiter et sans végétations.

Dans les cimetières, le message aura du mal à passer. Les coûts d’entretiens risquent d’exploser. Certaines communes ont évalué le surcoût en temps de travail à 4,5 fois. Et diverses méthodes sont mises à l’essai pour apaiser la population comme les prairies fleuries mais les mentalités vont être difficiles à changer.

Le problème ?  » Laisser pousser l’herbe donne un sentiment d’abandon des défunts.  » Hors sans la chimie, au printemps, il faudrait refaire le travail toutes les deux semaines, ce qui ne sera pas neutre budgétairement.

Nous allons redécouvrir les herbes folles sur les trottoirs, les petites mousses dans les zones peu ensoleillées. Mais le travail de sensibilisation auprès des habitants doit être mené en amont pour éviter des mésaventures de cette secrétaire de mairie relatée par Sud Ouest. Un habitant Mécontents lui a jeté un serpent à la figure car l’herbe poussait devant chez lui !

Certaines villes comme Foix passeront au goudronnage des allées des cimetières et passe des appels à la population indiquant  » c’est aux habitants d’entretenir les trottoirs devant leurs habitations « . Le printemps 2017 ne va pas être facile pour les services techniques.

Crédits photo : François Schreuer

le Sud Toulousain / PI

A Propos Pierre ISRAEL

Rédacteur en chef du Sud Toulousain. Marcheur mais pas suiveur, indépendant mais pas indépendantiste . Chef d’entreprise et Maire dans la campagne du Volvestre (31)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *