Fusion le Muretain / Axe sud : Mandement face à une opposition ?

Les fusions d’intercommunalités qui doivent être réalisées pour le 1er janvier 2017 ne passent pas partout sans grincements de dents. Dans un article du 22 juillet, la dépêche du midi reprend en partie un communiqué des « élus de gauche » du Muretain Agglo indiquant s’interroger sur la cohérence de cette fusion.

Déjà, le 16 mars dernier, les élus communistes avaient dénoncé « cette fusion ne s’avère, en réalité, être qu’une manipulation politique imposée de manière administrative visant à contrebalancer la Métropole toulousaine par deux agglomérations dépassant 100 000 habitants (Sicoval et Muretain)  » et d’indiquer « Nous dénonçons aussi l’attaque démocratique ». La bataille pour les vice-présidences du nouvel ensemble va donner lieu à des négociations serrées sans compter avec les nouveaux conseillés issu des élections de Sain-Lys.

L’article de la dépêche du midi :

Dans un long communiqué dont nous publions l’essentiel au sujet du futur regroupement des trois intercommunalités le groupe des élus de gauche du conseil communautaire de Muretain Agglo précise : «La loi NOTRe n’obligeait absolument pas Axe Sud et le Muretain Agglo à se regrouper. Pour prendre en compte le regroupement des 4 communes du Savès et de l’Aussonnelle la Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) a obligé les 3 EPCI à s’agglomérer dans un délai extrêmement court, puisqu’au 1er janvier 2017 cette nouvelle entité devra être en place.

La cohérence jusqu’ici invoquée par André Mandement, président du Muretain Agglo, nous interroge ainsi que bon nombre de nos concitoyens.

Quelle cohérence géographique ? quelles cohérences dans les compétences ? quelle gouvernance ? quels impacts financiers et fiscaux ?

Cette décision de fusion en moins d’un an, oblige à délibérer sans qu’aucune réponse à ces questions ne soit donnée aux élus communautaires.

À tout ceci s’ajoute l’absence totale de communication auprès des habitants, touchés par cette fusion !

C’est un coup porté au bon sens et à la démocratie. Comment peut-on mettre hors mandat des élus avant le terme, des élus choisis par les électeurs ? C’est pour toutes ces raisons que le groupe des élus de gauche émet un avis défavorable à cette fusion. »

Source : La dépêche

Crédits photo : DDM R.C

Le Sud Toulousain

 

A Propos Pierre ISRAEL

Rédacteur en chef du Sud Toulousain. Marcheur mais pas suiveur, indépendant mais pas indépendantiste . Chef d’entreprise et Maire dans la campagne du Volvestre (31)

1 commentaire

  1. On sent que les « lunettes » ne lui servent à rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *