Le mariage pour tous … les maires !

Écharpe de maire - Sud toulousain

« Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? » Charles de Gaulle avait déjà cerné le problème. Cette phrase, d’une grande pertinence, peut être modifiée très légèrement : « Comment voulez-vous gouverner un pays avec 36.000 maires ? » Pour éviter les maux de tête, ne calculons pas le nombre d’élus et le nombre de strates administratives encore présentes malgré « la simplification » hollandaise. Faire pour défaire et refaire pour parfaire finalement pour ne rien faire, décidément nos élus ont de la suite dans les idées. Malgré tout, peut-on moderniser une administration avec une telle diversité d’élus et de territoires ?

  • Supprimer le maire ne veut pas dire supprimer la commune

Un amendement à la loi Taubira ?

« Le mariage pour tous « , un slogan qui a mis tant de monde dans les rues et qui bloque encore aujourd’hui chez certains candidats aux primaires. Mais si on devait le transposer à nos édiles locaux, peu de chance que cela passe comme une lettre à la poste. Mais existe-t-il une pertinence à avoir un maire pour moins de 300 habitants ? Que reste-t-il de son pouvoir après l’apparition des communautés de communes et, prochainement, du plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) ? A-t-il encore les moyens d’investir ? On connaît tous la réponse mais personne n’ose se l’avouer. Pour gagner en efficacité et en cohérence, il faudrait en passer par là. La pédagogie sera la clef de cette étape de modernisation. Supprimer le maire ne veut pas dire supprimer la commune, bien sûr que non. C’est retirer l’entité administrative uniquement et rationaliser son fonctionnement.
Pas de loi nationale, une incitation adaptée

Encore une fois, ce genre de réforme bloquera sur certaines spécificités : les montagnes, les zones à faible densité de population etc. Il serait habile de procéder au cas par cas mais surtout, et peu être simplement, d’imposer un mariage obligatoire dès 2020 pour les petites communes. Tout dépendra du niveau d’incitation financière qui sera mise en avant par les gouvernants du moment, mais cette méthode pourrait déjà alléger le « problème ». Il faut s’y préparer. Les fusions à marche forcée des intercommunalités et des syndicats organisées par les préfets sont un signal clair : soit la réflexion doit être conduite en amont, soit les préfectures auront un joli schéma tout prêt à nous soumettre. Mais il est à prévoir, au vu des schémas de mutualisation disponible, que l’immobilisme prédomine.

Retrouvez mon billet de la semaine :  » Avez-vous votre permis de voter ? « 

Source : politicregion.fr

Crédits photo : ©Fotolia

Le Sud toulousain / Pierre Israel

Be the first to comment on "Le mariage pour tous … les maires !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*