ville de Montesquieu-Volvestre - Sud Toulousain

Montesquieu-Volvestre : Échos du conseil municipal

On me pose souvent des questions sur ce qui se décide au Conseil Municipal et quelle est l’attitude de l’opposition dans les prises de décisions.. Avant de fournir quelques explications je voudrais profiter de cet article pour rappeler aux montesquiviens que les séances du Conseil Municipal sont publiques, que tout le monde peut y assister à condition de rester silencieux. Je rappelle également que je diffuse sur ce blog, dès que j’en ai connaissance, c’est à dure quatre ou cinq jours avant la réunion, l’ordre du jour du Conseil, la date et l’heure.

Le Maire Patrick Lemasle a choisi une attitude que nous n’avons cessé de contester depuis les élections municipales de 2008 : il ne nous invite pas aux Commissions Municipales c’est-à-dire aux réunions préparatoires où normalement se discutent les futures décisions. Il ne nous associe quasiment jamais à l’élaboration des projets de la municipalité, projets que nous découvrons souvent quand ils arrivent finalisés au Conseil Municipal, soit pour un vote de confirmation, soit pour la demande de subvention correspondante. Enfin il ne nous informe que très rarement sur la vie municipale en général malgré nos demandes répétées concernant un certains nombre de documents de base : tableau des effectifs de la Mairie, patrimoine de la ville, documents budgétaires, etc.

Nous avons bien souvent protesté, parfois vigoureusement, mais nous avons du subir cette situation par obligation car la loi qui régit les droits des conseillers municipaux d’opposition dans les villes de moins de 3 500 habitants est particulièrement stupide. Nous n’avons quasiment pas plus de droits en étant assis autour de la table du Conseil Municipal que si nous étions sur les fauteuils réservés au public. Et le Maire ne manque jamais une occasion de le rappeler. Alors même que beaucoup d’autres communes ont su trouver un terrain d’entente sans s’appuyer sur la rigueur de la loi.

Le statut est donc pour le moins frustrant, vous pouvez l’imaginer. Mais il nous reste cependant plusieurs atouts :

** Nos votes : Certes nous n’avons que deux voix sur 23 mais elles portent même si elles ne peuvent en aucun cas influencer la décision finale. Nous essayons donc, dans la mesure du possible, de nous poser, pour chacun des votes, la question suivante : Qu’aurions nous décidé si nous étions majoritaires dans cette assemblée ? Si nous sommes d’accord avec la proposition du maire nous votons. Si nous ne sommes pas d’accord nous nous abstenons ou nous votons CONTRE mais surtout nous exprimons nos points de désaccord. Et ceci sans aucun état d’âme.

C’est ainsi que nous ne votons pas les délibérations pour lesquelles nous estimons ne pas avoir eu toutes les explications nécessaires, celles qui conduisent de façon directe ou indirecte à des décisions que nous n’approuvons pas comme récemment la demande de subvention à l’Etat pour un projet mal défini dont on ne connait pas le détail et dont nous contestons le principe.

** Les débats : Bien évidemment, avant de voter, et quel que soit le sujet, nos posons les questions nécessaires à la bonne compréhension du contenu. En général nous avons les réponses à nos questions mais il arrive aussi, plus souvent que souhaitable, que le maire nous réponde « Je vous donnerai les informations que vous demandez.. » sans jamais tenir ses engagement. Nous lui rappelons périodiquement….

Alors bien sur, ces débats ne plaisent pas aux élus de la majorité à qui le Maire a du demander expressément de se taire puisqu’on ne les entend que très rarement. Cela n’est pas tellement non plus du goût du maire car il nous arrive de poser les bonnes questions et de mettre le doigt sur des points « sensibles » pour lesquels nous obtenons, pour le coup, des réponses franchement inadmissibles et sur un ton parfois très désagréable. Alors nait la polémique qui pourrait être évitée si le Maire acceptait de nous considérer comme des élus à part entière ce qui n’a jamais été le cas.

** L’information que nous diffusons : Malgré nos demandes répétées, le Maire refuse toujours de diffuser le Procès Verbal des séances de Conseil Municipal. C’est dans ce document que figurent une partie de nos interventions et surtout nos explications de vote. Les Montesquiviens qui s’intéressent à la vie de leur commune n’ont par conséquent qu’une information tronquée sur les débats du Conseil Municipal.

C’est pour cette raison que nous avons entrepris de diffuser sur ce BLOG l’intégralité des débats comprenant nos interventions et les explications concernant nos votes. Nous diffusons également, ce que ne fait pas non plus le Maire, les informations concernant la vie de la commune, les projets en cours, les questions que nous avons soulevées, etc..

Cela ne plait pas non plus à Monsieur Lemasle à qui nous avons pourtant répété : « Si vous trouvez que l’information que nous diffusons n’est pas la bonne alors faites là vous-même… ». Pas de réponse car en fait… il ne sait pas faire.

Voilà quelle est notre action au Conseil Municipal ou nous répétons, à chaque fois que l’occasion se présente, nos priorités : INFORMATION, CONCERTATION, TRANSPARENCE. Trois sujets que notre Maire a décidé, une fois pour toutes, de ne pas aborder.

Source : Montesquieuvolvestre.com

Crédits Photo : CP-ST

Le Sud Toulousain / JPE

A Propos Pierre ISRAEL

Rédacteur en chef du Sud Toulousain. Marcheur mais pas suiveur, indépendant mais pas indépendantiste . Chef d’entreprise et Maire dans la campagne du Volvestre (31)

1 commentaire

  1. Montbrun bocage

    Le maire de Montbrun bocage,lors d’un conseil municipal. A diffamé, jubilé un riverain qui assisté à un conseil municipal.
    Qui surveille et condamne ses graves méfaits? Que fait la police, la gendarmerie? Il y a aucune contrôle dans ce village..quant on sait ce marché brocante archaïque illégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *