Renoncement de Hollande à la télévision - Sud Toulousain

Parole des citoyens : Discours de renoncement de François Hollande

Discours de renoncement de François Hollande : quelques mensonges supplémentaires.

Dans son discours de renoncement, François Hollande s’est permis quelques mensonges supplémentaires : « Aujourd’hui, au moment où je m’exprime, les comptes publics sont assainis, la Sécurité Sociale est à l’équilibre et la dette du pays a été préservée. »
Comment peut-on être Président de la République et se permettre d’asséner des propos totalement faux ?
Concernant le déficit public, il représente 3,3 % du PIB, le plus élevé en Europe après l’Espagne (4,6 %). Une place de cancre puisque les dépenses publiques, contrairement aux promesses, n’ont pas été réduites. Elles représentent 56,5 % du PIB en 2016, le plus haut niveau de toute la zone euro derrière la Finlande (57,3 %).
Concernant la Sécurité Sociale, le déficit de l’ensemble des régimes de base et du Fonds de Solidarité Vieillesse (FSV) s’élèvera à 6,9 milliards d’euros en 2016 dont 4,1 milliards d’euros pour la seule branche maladie. Pour 2017, il est prévu une dégradation du solde de l’ensemble des régimes de base et du FVS de 3,3 milliards d’euros. De fait la France est le seul grand pays à financer sa protection sociale à crédit !
Donc oui la dette a été préservée (c’est le mot de Hollande). Elle passe de 1827 milliards d’euros fin Mars 2012 à 2170,6 milliards d’euros fin Juin 2016 soit une hausse de 343,5 milliards d’euros. Merci Hollande, merci Valls, merci les Socialistes. C’est honteux d’avoir matraqué les classes moyennes pour en arriver là !
Et concernant le chômage et la croissance, il faut rappeler cette triste situation : de tous les pays européens, la France est le pays qui a le moins profité du fameux alignement des conjonctures (baisse de l’euro, du pétrole et des taux d’intérêt, historiquement bas).
Il est quand même assez consternant que le chef de l’Etat, qui avait fait du chômage le juge de paix de son quinquennat, ait pu envisager une seule seconde de briguer un second mandat. Car les chiffres sont les suivants : depuis Mai 2012, le nombre de chômeurs a augmenté en France de 550.000 et il a baissé de 455.000 en Allemagne, de 952.000 au Royaume Uni et de 1.390.000 en Espagne. Voilà les faits.

Si le bilan économique  est désastreux, que doit-on retenir du Hollandisme en matière d’idées politiques ? Pas grand chose en définitive.
Compromis boiteux et illisible entre keynésianisme et libéralisme, entre politique de l’offre et de la demande, rien ne se dégage de net, de franc, de lisible, de compréhensif.
C’est çà le Hollandisme: de la soupe tiède et l’art de la manœuvre consistant à se prendre les pieds dans le tapis. Tour de force en effet d’avoir exaspéré nos partenaires européens en ne respectant pas nos engagements de réduction des déficits et d’avoir également déprimé les Français en faisant croire que l’on menait une politique de rigueur, politique qui n’a donné aucun résultat !
On m’avait parlé d’un grand stratège politique, d’une intelligence tactique…
Évidemment, si j’étais Socialiste, j’en voudrai beaucoup à ce Président de donner une image aussi catastrophique du Socialisme.
Plus que quelques mois avant de se débarrasser de Hollande qui ternit tant la fonction présidentielle. J’ai hâte !
Mais vivement que les Socialistes se reconstruisent. Nous avons besoin de pensées politiques structurées et efficaces pour réussir à bâtir un monde meilleur.
Etre socialiste aujourd’hui, çà veut dire quoi au fond ?
Je comprends le désarroi dans leur rang.

Source : Jean-Pascal Chabaud

Credits photo : sipa

Le Sud toulousain / SB

A Propos Pierre ISRAEL

Rédacteur en chef du Sud Toulousain. Marcheur mais pas suiveur, indépendant mais pas indépendantiste . Chef d’entreprise et Maire dans la campagne du Volvestre (31)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *