Conseil municipal saint lys

Saint Lys : un air de début de campagne

C’est le feuilleton de ce début d’année qui devrait prendre fin dans les jours qui viennent et trouver son épilogue en septembre ou octobre prochain . Le dernier conseil municipal de Saint Lys a acté les démissions d’élus de l’ancienne majorité et de l’opposition comme l’indique le canard de l’Ayguebelle :

« Dès l’ouverture de la séance du conseil municipal, le maire a acté les 26 démissions de la liste conduite par Catherine Renaux et Patrick Lasseube, l’Alternative pour Saint-Lys. Désormais le conseil municipal étant amputé de plus du tiers de son effectif, la loi prévoit de nouvelles élections municipales dans un délais de trois mois. Les dates seront choisies par le préfet. Elles seront sûrement dans la deuxième moitié de septembre 2016. Jusqu’aux élections le maire ne peut que gérer les affaires courantes, il ne doit en aucun cas proposer au conseil municipal des délibérations qui engagent l’avenir de Saint-Lys. « 

Les blocages et les projets sont à l’arrêt . Certaines délibérations sont prises, mais elles seront forcement dans un champ d’application très restreint. La dépêche, dans son article du 14 juin, reprenant les propos de  Serge Deuilhé ex-premier adjoint communique au nom de ses collègues, le groupe des démissionnaires de la majorité:

« Ce qui n’est pas dit, c’est l’absence de quorum aux conseils municipaux, l’absence de compte rendu depuis le mois de janvier, la parole qui n’est plus donnée au public et le fait que deux sièges vacants supplémentaires entraîneraient de nouvelles élections. Ce qui n’est pas traité : la réattribution des délégations retirées en urgence qui perturbent les agents, les associations, les parents d’élèves et de nombreux interlocuteurs et partenaires de la mairie.

Ce qui n’est pas abordé, c’est l’absence depuis 4 mois d’un directeur du service finances, en cette période cruciale : rapport de la cour des comptes, budget non voté. Ce qui est occulté, ce sont les situations d’agents en difficultés dans plusieurs services, le budget du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) : aucun retour sur Maréchal Leclerc pour lequel la commune garantit l’emprunt de plus de 2 millions d’euros ; et les raisons de la vente de propriétés du CCAS.Les valeurs de démocratie participative, de transparence, de respect et d’écoute qui nous ont rassemblés en 2014, ne président plus à la bonne gestion de la commune »

Les regards se tournent maintenant vers la préfecture qui peut décider de mettre fin une bonne fois au spectacle offert aux habitants de Saint Lys . Pendant, ce temps, les différentes parties se préparent à repartir en campagne, pendant les vacances d’été, ce qui risque de ne pas être simple.

Crédits photo : DDM

Le Sud Toulousain

A Propos Pierre ISRAEL

Rédacteur en chef du Sud Toulousain. Marcheur mais pas suiveur, indépendant mais pas indépendantiste . Chef d’entreprise et Maire dans la campagne du Volvestre (31)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *