Sébastien Vincini : L’impossible grand écart et désertions des camarades

Sébastien Vincini doit avoir des maux de tête de ce moment. Comme toutes les fédérations de France, le parti socialiste de Haute-garonne a soutenu la politique de François Hollande les plus longtemps possibles. Mais aujourd’hui, il devient compliqué, voire impossible, de réconcilier une gauche qui se fracasse sur le mur de la réalité.

Les militants eux aussi quittent le navire : la Haute-Garonne a perdu au moins 16 % de ses effectifs militants : une situation inquiétante pour un parti de culture militante historique. Cela aura-t-il un impact pour les prochaines élections ? L’avenir nous le dira. Mais comment faire cohabiter les pro-valls et des pro-Aubry dans une même entité ?

Les dernières manifestations contre la loi travail ont accentuées ce malaise au sein de la fédération socialiste. Le soutien au gouvernement porté par Christophe Borgel se trouve face à face avec les dissidents comme Magyd Cherfi, le chanteur de Zebda en tête et Hervé Sansonetto, le patron du Bikini.

La crainte de « l’affrontement verbal  » a conduit à l’annulation d’un bureau fédéral prévu le soir du dernier rassemblement. Qui des pro-Aubry du secrétaire fédéral Sébastien Vinci ou des pro-Valls de Carole Delga reporteront la partie ? En tout cas, les dégâts et les fractures semblent importantes en Haute-Garonne.

Photo : DDM la dépêche du midi

Le Sud Toulousain